Aller au contenu principal

Catalogue de l'exposition

Publié à l'occasion de l'exposition d'art contemporain de Béatrice Turquand d'Auzay "Prière de conserver ! Bitte Aufbewahren !" présentée au Musée de la Grande Guerre du 4 novembre au 31 décembre 2012.

 

Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux

Catalogue d'exposition - Prière de conserver ! - Bitte Aufbewahren !

 

9,00 € - Boutique du Musée

 

Un regard d’aujourd’hui pour parler d’hier, une histoire familiale pour tendre vers l’universel, un témoignage vivant en mémoire des disparus, autant de paradoxes qu’incarne l’œuvre de Béatrice Turquand d’Auzay.


Mais n’est-ce pas le propre de l’artiste d’être capable de prendre le recul nécessaire pour frapper juste ? Visionnaire, veilleur ou éveilleur de conscience, osant ce que chacun ne fera jamais, l’artiste, par sa sensibilité, offre un nouveau regard, un regard personnel et décalé, un regard d’enfant parfois, puisant dans ses rêves et ses cauchemars… Pour, au final, mieux nous toucher au cœur et à l’âme.


Ainsi, face à l’œuvre de Béatrice Turquand d’Auzay, avoir la possibilité d’entendre l’écho de sa propre histoire familiale, de son propre destin. En se livrant, c’est l’histoire de chacun que l’artiste nous offre. Comme un appel, comme un rappel que cette Première Guerre mondiale a marqué toutes les générations du XXe siècle. Son œuvre fait alors sens. Et le visiteur que nous sommes peut se l’approprier et faire sienne son histoire. La force de l’art peut-être ? La sincérité de l’artiste assurément, qui s’impose comme un passeur d’histoire et de mémoire.


Pour certains, le voyage est plus important que la destination. Pas pour Béatrice Turquand d’Auzay : son opiniâtreté à briser le silence familial, à décrypter les archives personnelles, à essayer de comprendre ce conflit, à vouloir identifier les bonnes couleurs sur les photographies en noir et blanc, à marcher, au sens propre, dans les pas de son grand-père en parcourant le chemin décrit dans une de ses lettres participe pleinement à sa démarche de création et les œuvres, telles qu’elles nous sont offertes, sont riches de ses recherches, de ses doutes, de ses lectures et de ses questionnements. Des œuvres fragiles et minutieuses qui semblent pouvoir se briser à chaque instant, mais qui incarnent avec force les bribes d’une mémoire universelle, une mémoire vivante que l’on est prié de conserver.

logo Facebook
Visitez les coulisses du musée en nous rejoignant sur Facebook !

La lettre

Zoom sur les derniers dons