Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption 

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Fermeture annuelle du 8 au 19 janvier 2018

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

Fritz Haber

«Avec sa série Fritz Haber, David Vandermeulen évoque le destin de ce chimiste allemand, grand promoteur des gaz de combat pendant la Première Guerre mondiale. Un homme aux multiples facettes, au cœur des grands bouleversements du début du XXe siècle.»

Par Thierry Lemaire

La vie du chimiste allemand Fritz Haber est fascinante. Né en 1868, le savant trouve au tournant du XXe siècle à la fois reconnaissance et richesse en développant le procédé de synthèse de l’ammoniac. L’innovation est de taille car le composé chimique sert notamment à créer des engrais synthétiques, et donc à favoriser la production agricole. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il reçoit le prix Nobel de chimie de l’année 1918, une récompense pourtant boycottée par les alliés. Car Fritz Haber n’a pas utilisé ses compétences en chimie uniquement pour des raisons pacifiques. Pendant la Grande Guerre, il fait clairement partie du camp des bellicistes et signe le 4 octobre 1914 le Manifeste des 93, un texte rédigé pour soutenir Guillaume II et l’Allemagne, réfuter les accusations portées contre l’armée allemande pour son comportement en Belgique, et approuvé par 93 intellectuels allemands. Mais Fritz Haber va beaucoup plus loin que ses confrères. Il participe en effet activement à la mise au point de gaz de combat à base de chlore, employé pour la première fois en avril 1915 à Ypres. Le savant pense que cette arme va pouvoir mettre un terme rapide au conflit et donner la victoire à son pays. Il s’oppose ainsi à sa femme, chimiste elle aussi, qui ne comprend pas que la science soit utilisée à des fins aussi criminelles. C’est d’ailleurs la raison principale qui la pousse au suicide en 1915.

A ce fil rouge historique et scientifique qui structure Fritz Haber, David Vandermeulen en ajoute un autre, tout aussi important, qui concerne la judéité du chimiste. Issu de la petite bourgeoisie juive allemande, Haber décide en 1893 de se convertir au luthéranisme, probablement avec l’espoir de meilleures perspectives professionnelles. Cette conversion ne l’empêche toutefois pas d’être démis de sa fonction de directeur du Kaiser-Wilhelm Institut en 1933, comme tous les autres Juifs de la fonction publique. Il n’échappera pas à l’obligation de fuir l’Allemagne, comme son ami Albert Einstein, dont il est resté proche malgré des opinions politiques très divergentes. Ainsi, David Vandermeulen centre autant son récit sur la farouche énergie de Haber à mettre au point les gaz de combat que sur les efforts du chimiste Chaim Weizmann à concrétiser l’établissement d’un foyer national juif en Palestine à travers la déclaration Balfour de 1917. Pour représenter ces événements majeurs du début du XXe siècle, David Vandermeulen plonge le lecteur dans une ambiance qui rappelle le cinéma muet de l’époque, avec des couleurs dans les teintes sépia, l’absence de bulles (les dialogues sont relégués en bas de case) et des vignettes de transition imitant les cartons noirs cinématographiques. Le résultat graphique est étonnant, rehaussé par le fait que le dessinateur réalise ses couleurs en utilisant des aquarelles à l’eau de javel. Une parfaite mise en abîmes du destin du chimiste qui donne aux personnages une apparence spectrale pleine de sens. L’action fait ainsi clairement partie du passé, comme un mauvais souvenir, et dans le même temps elle est dramatisée, plaçant au centre du récit les enjeux énormes qui en découlent. Par toutes ces caractéristiques, Fritz Haber est bien une série majeure du 9e art.

En collaboration avec cases d’Histoire 

Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai,  le 25 décembre et le 1er janvier.
Fermeture annuelle du 8 au 19 janvier 2018

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs