Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption 

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Fermeture annuelle du 8 au 19 janvier 2018

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

La Grande Guerre de Charlie - T8

Le public français n’a pas l’habitude de voir la Guerre de 14 à travers l’œil des soldats britanniques. Avec La Grande Guerre de Charlie, de Pat Mills et Joe Colquhoun, le quotidien des Tommies apparaît sous toutes ses facettes, souvent les plus cyniques. Un récit qui, pour ce volume 8, convoque un invité très particulier, futur fossoyeur de l’Allemagne.

Un Tommy dans les tranchées

Pat Mills et Jacques Tardi ont ceci en commun qu’ils sont les précurseurs de la représentation du premier conflit mondial en bande dessinée, chacun d’un côté de la Manche. Précurseurs dans le sens où ils se sont attachés, dès les années 70, à décrire la Première Guerre mondiale à hauteur d’homme, préférant s’attarder sur les destins individuels plutôt que de se contenter d’une vision tactico-stratégique d’Etats-majors. Le scénariste britannique (malheureusement très méconnu en France, bien qu’étant l’une des plus fines plumes de son pays) publie La Grande Guerre de Charlie (Charley’s War) de 1979 à 1985, dans le magazine Battle Weekly. Il y déroule la chronique des nombreux mois de guerre vécus par le jeune Charlie Bourne, engagé volontaire à l’âge de 16 ans en 1916. Le lecteur suit donc les péripéties de cette bleusaille inexpérimentée mais pleine d’envie - au point de mentir sur son âge réel - d’en découdre avec les Allemands pour faire son devoir. La série joue plus sur la comédie que les différents albums de Tardi, en misant sur l’identification aux personnages par ce ton proche du vaudeville. Mais le rire est toujours jaune, rapidement balayé par une énième tragédie, dont l’impact est justement augmenté par la proximité des protagonistes avec le lecteur. L’autre facette de La Grande Guerre de Charlie est de proposer un panorama complet du conflit en passant en revue évidemment la plupart des événements vécus par les Britanniques, mais aussi les différents corps d’armées, les armes, les techniques de combat, le matériel, les us et coutumes, à travers mille détails. Un tableau extrêmement documenté du quotidien des soldats, dont le dessin très précis de Joe Colquhoun donne toute la mesure.

Ce volume 8 (sur les 10 que comptera la série) prend place de décembre 1917 à janvier 1918 et est divisé en deux parties. La seconde montre les exploits de Wilf, mitrailleur-observateur dans le Royal Flying Corps (ancêtre de la Royal Air Force) et frère cadet de Charlie. Combats aériens, destruction de ballons d’observation, bombardements, négligences de certains mécaniciens, mépris des pilotes pour les mitrailleurs, ponctuent des pages où virevoltent Bristol F-28 et autres Fokker DR.1. Le dessin de Joe Colquhoun fait une fois de plus merveille, traduisant avec une incroyable lisibilité le ballet des avions en pleines joutes aériennes. Malgré ce tour de force graphique, c’est certainement la première partie de l’album qui restera dans la mémoire des lecteurs. Ce duel entre snipers britanniques et allemands est tout aussi palpitant que les exploits du Royal Flying Corps, mais c’est plutôt l’un des sous-officiers du régiment List qui attire l’attention, un certain… Adolf Hitler. Le jeune caporal, irascible, solitaire, va-t-en-guerre, jusqu’au-boutiste, est en effet en première ligne dans ce mano a mano entre les tireurs d’élite des deux camps. La présentation qu’en fait Pat Mills au tournant des années 80 ne tient bien évidemment pas compte des toutes dernières recherches sur le sujet (notamment celles de Thomas Weber publiées en 2011). Et c’est bien dommage car le portrait aurait pu être encore plus haut en couleurs. Le récit n’en reste pas moins passionnant, chaque épisode de trois pages ayant sa propre chute sans gêner le déroulement global du scénario. A coup sûr un classique du genre.

Thierry Lemaire


Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.
Fermeture annuelle du 7 au 25 janvier 2019

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs