Acteurs témoins et témoignages de guerre

Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption 

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

Fermetures annuelles du 6 au 10 janvier 2020 et du 18 au 31 août 2020

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

Acteurs témoins et témoignages

Crayon de bois

Les premiers historiens de la Première Guerre mondiale ont diversement tiré parti de cette ressource. Certains l’ont délibérément écartée. Tant que les vétérans furent en vie, on considéra sans doute que leur seule présence suffirait à instruire les plus jeunes générations. Depuis, d’autres conflits ont suscité le besoin d’établir des protocoles scientifiques destinés à l’exploitation du témoignage.

Aujourd’hui, après leur mort, apparaît le manque. Toutefois, malgré la disparition physique de la génération des tranchées, nous avons les traces qu’ils nous ont laissées, le plus souvent sous la forme de notes sur papier, agrémentées de photographies, de coupures de presse, d’objets. Parfois leur voix a été enregistrée. Des films existent également. Autant de raisons de ne pas renoncer à des enseignements liés à la postérité des anciens de 1914-1918.

La contribution des témoins

L’histoire bataille ou l’histoire diplomatique n’ont plus l’exclusivité d’une entrée dans l’analyse de la Première Guerre mondiale. Les approches sociales, psychologiques, sociologiques considèrent le citoyen, du simple exécutant au décideur, et les organisations sociales comme autant d’objets d’étude ouvrant un accès à la compréhension du conflit.

Carnet

Les plus avertis des historiens de la Première Guerre mondiale ont toujours su que la contribution des témoins ferait progresser la connaissance historique. Même si le peu de récits publiés par les anciens de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 n’avait pas été pris en considération.

L’impact d’un ouvrage qui soulève encore de nos jours des débats passionnés en est un éclatant exemple. Il s’agit de Témoins , une somme de plus de 500 pages, publiée pour la première fois en 1929 par Jean-Norton Cru.

Cet ouvrage novateur, unique en son genre, se consacre tout entier à la mise en valeur des livres de témoignages publiés par les soldats entre 1915 et la fin des années 1920. Pas moins de 300 livres sont concernés. C’est déjà en soi un fait remarquable, car par-delà le retentissement des Croix de bois de Dorgelès, du Feu de Barbusse, de Ceux de 14 de Maurice Genevoix, pour citer trois ouvrages parmi les plus connus, la littérature de guerre est méconnue du grand public. Jean-Norton Cru a mis à portée des historiens une littérature ignorée, présentée par un appareillage critique pionnier, qui déconcerte ses contemporains. Sa préface signale le décalage inconciliable existant entre la propagande guerrière qui prélude à la Grande Guerre et le récit que font les témoins de leur découverte du feu et de leur expérience des tranchées.

Les témoignages écrits

Sans minimiser les ressources sonores et audiovisuelles, plus marginales, on ne peut plus ignorer l’importance d’un corpus d’écrits attestant l’expérience des hommes engagés dans la Première Guerre mondiale.

On doit les considérer, pour certains, comme la preuve du désir d’en laisser une trace. Le cas précis de la correspondance pose la question des intentions du soldat qui l’a entreprise. Sans doute le témoin se livre-t-il à un exercice particulier lorsqu’il construit un récit dans le but qu’il survive, au moins, aux inéluctables détériorations organiques de la mémoire. Cette libre démarche a un sens qu’il faut étudier, car les motivations des témoins et les qualités de la composition de leur récit leur sont nécessairement personnelles.

Une autre publication prend le relais de la liste d’ouvrages jadis constituée par Jean-Norton Cru : il s’agit du livre 500 témoins de la Grande Guerre, publié en 2013 par les éditions midi-pyrénéennes/Edhisto, avec l’investissement du CRID. Cet ouvrage réunit les références bibliographiques et les analyses correspondant à 500 autres ouvrages, qui sont ainsi mis à l’honneur. Il s’agit de témoignages liés à l’expérience de la Première Guerre mondiale et parus en France à partir de 1914.

À la fois héritière de la démarche initiée par Jean-Norton Cru et se réclamant des avancées épistémologiques sur le témoignage comme source pour les historiens, 500 témoins de la Grande Guerre est d’ores et déjà une référence. Comme Témoins de Jean-Norton Cru, il vaut autant par l’accès qu’il permet à ce corpus, que par les enseignements qu’il apporte sur la méthodologie adoptée pour analyser ces ouvrages de témoins.

Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18
Accès - Contact

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.
Fermetures annuelles du 6 au 10 janvier 2020 et du 18 au 31 août 2020

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs