Ravitailler, ravitaillement

Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption - Port du masque obligatoire

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

Fermetures annuelles du 23/08/21 au 05/09/21 inclus

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

Ravitailler

Pour ravitailler, il s’agit d’abord de stocker puis d’acheminer de gigantesques quantités de nourriture à proximité des zones de combats. C’est le rôle des stations magasins qui existaient avant la guerre et dépendent du service de l’intendance.

Elles ont pour principale fonction de recevoir les vivres collectées par le ravitaillement national mais c’est également, et tout à la fois, une centrale d’achat, un entrepôt, des boulangeries, des ateliers de transformation et quelques fois des usines.

Distribution de soupe à la roulante en hiver
Photographie sur plaque de verre

On y stocke des légumes secs, du riz, de la farine, des pommes de terre, du sel, du sucre, du café, du potage condensé, du fromage en conserve ou frais, du lard, des huiles et graisses animales (comme la suif ou le saindoux), du vin, de l’eau-de-vie et du tabac. Puis également les légumes frais de saisons tels les carottes, choux, choux-fleurs, navets, oignons, échalotes, poireaux ou artichauts. Les stations magasins fournissent également le foin, la paille, l’orge, l’avoine et les combustibles pour la cuisine et le chauffage.

En 1914, les troupeaux de bétails suivent au plus près les cantonnements des troupes. Mais les longues marches réduisent la qualité nutritive de la viande et les aléas du transport par wagons induit de lourdes pertes. Avec la stabilisation du front, les stations magasins peuvent disposer d’un troupeau de bovins sur pied renouvelé tous les 3 jours, puis par la suite, d’un troupeau de moutons. Une grande porcherie et un abattage où les porcs sont abattus et la viande débitée sur place et parée en morceaux de 10 kilos pour une partie ou alors transformée en charcuterie (jambon, boudin, pâté, fromage de tête, andouilles, saucisses et saucissons, etc).

Des hommes abattent et découpent un cochon
Photographie

Puis avec l’arrivée des combattants des troupes issues des colonies qui n’ont pas les mêmes habitudes alimentaires et religieuses, les denrées sont complétées de denrées spécifiques (couscous et d’épices, de figues, de dattes, de thé et kola…) et le bétail de chèvres.

Chaque jour, les denrées sont envoyées dans des trains de ravitaillement aux gares régulatrices des différentes armées puis stockées dans des entrepôts avant d’être distribuées aux différentes unités.

Chaque bataillon (environ 1000 hommes) perçoit ses denrées sous la responsabilité d’un officier et chaque compagnie (environ 150 hommes) envoie un caporal d’ordinaire responsable des vivres jusqu’à l’arrivée aux cuisines roulantes. Charge ensuite aux aide-cuisiniers et aux hommes de corvée d’apporter aux combattants la nourriture préparée.

La station gare de ravitaillement en vin de Brunay Photographie

Ainsi, des stations magasins aux tranchées, c’est un incroyable réseau de voies de communication en tout genre (voies ferrées, routes, chemins, boyaux…) qui dessert le front.

Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18
Accès - Contact

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.
Fermeture annuelle du 23/08/21 au 05/09/21 inclus
Port du masque obligatoire à partir de 10 ans
Conditions sanitaires en vigueur

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs