Les navires

Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption - Port du masque obligatoire

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

Fermetures annuelles du 23/08/21 au 05/09/21 inclus

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

Les navires

Il est parfois assez difficile de définir exactement quel est le bon terme à employer pour parler d’un navire de guerre car il existe en définitive, pour les bâtiments de guerre du début du XXe siècle, autant de nuances qu’il existe de navires (sans compter que d’une nation à l’autre les définitions peuvent différer…).

En effet, le début du XXe siècle est une période charnière dans le développement et l’évolution de la marine de guerre ; nombre de bâtiments de guerre vont subir des modifications qui, en fonction de leur gabarit et de leur usage en temps de guerre, incarneront souvent un type de navire à eux seuls.

Dans cette section vous trouverez un bref historique et une rapide présentation des types de navires acteurs de la bataille d’Heligoland, qui représentent la grande majorité de ceux utilisées tout au long du conflit sous des formes plus ou moins évoluées.

Croiseur

Le croiseur est un navire de guerre dont l’origine remonte au milieu du XIXe siècle. Avec l'apparition des premiers cuirassés, navires lourdement armés et protégés généralement incapables d'être envoyés loin de leur base en raison de leur grande consommation en combustible, il devint nécessaire d’inventer un nouveau type de navire de croisière, capable de se déplacer rapidement en haute mer pour une longue durée. C’est ce terme de navire de croisière qui très vite se transformera en Croiseur. Rapide, ce navire pouvait surveiller les lignes de commerce et opérer des raids ou servir d’escorte

Croiseur protégé

Le Croiseur protégé est un type de croiseur de la marine de la fin du XIXe siècle dont la protection métallique n’est encore qu’à ses balbutiements. Il s’agit en fait d’un faible blindage de 30 à 80 mm d'épaisseur recouvrant uniquement les parties vitales du navire (la salle des machines et les soutes à munitions). On considère communément le Croiseur protégé comme le précurseur du croiseur léger et du croiseur lourd (développé à partir de 1930). Très vite dépassé, ce type de croiseur est remplacé par le Croiseur cuirassé, moins d’une dizaine d’années plus tard.

Le premier Croiseur protégé fut le navire chilien Esmeralda, réalisé au RoyaumeUni dans un chantier naval d'Elswick, sur le bord de la rivière Tyne, appartenant à la société Armstrong Whitworth.

Croiseur de bataille (croiseur de combat) 

Le Croiseur de bataille ou Croiseur de combat est un navire de guerre dérivé du cuirassé (connu aussi sous le nom de croiseur cuirassé, ou croiseur blindé) développé entre 1875 et 1910. Il s’agit d’un nouveau type de bâtiment de guerre du début du XXe développé à partir du HMS Dreadnought en 1906, navire qui surclassa par sa modernité tous ses prédécesseurs et contemporains et qui donna par assimilation son nom à toute une nouvelle génération de navires. Conçu pour surclasser les Croiseurs cuirassés, le Croiseur de bataille est capable grâce à sa vitesse supérieure d'éviter le combat avec des croiseurs plus lourds (Croiseurs cuirassés). Le nom de Croiseur de bataille apparaît officiellement dans la marine anglaise en 1911.

C’est le développement de l'obus explosif dans le milieu du XIXe siècle qui va nécessiter pour les bâtiments de guerre l’ajout d’un blindage. D’abord installée sur le pont uniquement (Croiseur protégé), la protection métallique va rapidement être installée aussi sur les flancs avant de recouvrir également le cloisonnement étanche des soutes et des salles des machines pour parer le navire d’une protection totale. Les premiers à développer ce nouveau concept sont les Britanniques, à partir de l’idée de l'amiral Fisher, Premier Lord de la Mer de 1904 à 1910, selon laquelle « la vitesse tient lieu de blindage » (« Speed is armour ») : Ils portent quatre tourelles de 305 mm au lieu de cinq, sont plus longs d'une dizaine de mètres, mais d’une puissance de 41 000 ch au lieu de 22 000, ils filent 5 nœuds de plus que nombre de Croiseurs cuirassés. Pour atteindre cette vitesse supérieure, qui est la clef de ces navires, ils emportent 31 chaudières au lieu de 18 et l'épaisseur de la ceinture cuirassée n'est que de 152 mm au lieu de 280 mm. Le blindage des tourelles, également réduit n'est que de 7 pouces (178 mm) au lieu de 11.

HMS Dreadnought 

A l’origine de ce nouveau type de navire de guerre, le HMS Dreadnought : croiseur cuirassé d’invention britannique qui donnera son nom a toute une classe de navires communément appelés croiseurs de bataille. Ce navire, mis à l’eau en 1906 est à la pointe de la technologie et surclasse de loin tous les autres navires de guerre de l’époque, tant sur le plan de la rapidité, de la résistance, que de la puissance de feu.

Ce cuirassé emporte avec lui 10 pièces d’artillerie de lourd calibre - 305 mm et Croiseur protégé anglais HMS Powerful, lancé en 1895.
Le HMS Invincible entre 1907 et 1916, croiseur de bataille de la Royal Navy lancé en 1907, coulé par le SMS Lützow durant la bataille du Jutland le 31 mai 1916 .
27 pièces de 76mm, alors que ses prédécesseurs n'en avaient que quatre. Sa vitesse supérieure lui permettait de rester hors de portée d’une partie de l’artillerie des torpilleurs qui avaient pour mission de prendre pour cible les cuirassés, plus lent d’ordinaire. La réduction des types de canons à un seul modèle uniforme - 305mm, simplifiait grandement le stockage de munitions… Du fait de la centralisation de la direction de tir et de la mise à feu électrique, tous les canons tiraient désormais en même temps. Ainsi, chaque salve manquée était facilement reconnaissable au loin, puisque provenant d’un même calibre. Cela permis de faciliter le calcule des distances de tir au début des combats.

Croiseur léger

A la fin du XIXe, les croiseurs protégés commencent à être supplantés par un nouveau type de navire bénéficiant de nouvelles technologies dans le domaine de la machinerie notamment, et permettant d’atteindre une vitesse supérieure par l’ajout de turbine de propulsion .

Armé de canons à tir rapide, protégé par un blindage léger sur les flancs et le pont, le croiseur léger faisait son apparition.

Avec la Première Guerre mondiale, l’annonce d’âpres combats en haute mer nécessita un renforcement de ces navires amenant à la conception de croiseurs lourds. La différence réside essentiellement dans le calibrage des canons emportés par ces types de navires : limité à 155 mm pour les croiseurs légers et à 203 mm pour les croiseurs lourds (au début du XXe siècle en tous les cas).

Croiseur cuirassé

Le cuirassé est un type de navire de guerre apparu à partir du milieu du XIXe siècle, dont le blindage constitue la caractéristique principale, armé de l’artillerie la plus lourde et donc la plus puissante du moment. On confond régulièrement et assez facilement ce type de navire avec le croiseur de bataille, son successeur, qui lui ressemble en tous points ou presque : voir croiseur de bataille.

La bataille de Coronel au large du Chili, le 1er novembre 1914, fut la dernière où les croiseurs cuirassés furent victorieux. Toutes les batailles ultérieures virent la suprématie des cuirassés de type Dreadnought et des croiseurs de bataille.

Torpilleur

Un torpilleur était un petit navire de guerre rapide et aisément manœuvrable chargé de combattre de gros navires de guerre au moyen, principalement, de torpilles. Ce type de navire n'existe plus aujourd'hui, remplacé par les patrouilleurs, corvettes, sous-marins et hélicoptères capables aussi de lancer des torpilles avec moins de risques.

L'apparition des torpilles à la fin du XIXe siècle, peu encombrantes et capables de détruire un cuirassé en attaquant son point faible (la partie non renforcée sous la ligne de flottaison) est à l’origine de l’invention d’un nouveau type de navire léger et rapide, le torpilleur. Cette catégorie de navire jouissait de son avantage indéniable en termes de rapidité face aux navires lourds (cuirassés, croiseurs de bataille, etc.) pour frapper vite et fort sans être inquiété par l’artillerie de ces navires qui, chargés de canon de gros calibre, avaient toutes les peines du monde à cibler des navires rapides et de petite taille… Sans parler de la lenteur de rechargement des canons lourds emportés sur les gros bâtiments de guerre !

Destroyer (En France au début du XXe siècle : Contre-torpilleur) 

Un destroyer, né à la fin du XIXe siècle restera jusqu'à la l’époque de la Seconde Guerre mondiale un navire de guerre SMS Mainz SMS V187 de défense. Sa mission est principalement d’escorter ou défendre un groupe de navires militaires ou civils contre toute menace grâce a des moyens de lutte antiaérienne, anti-sous-marine et antinavire. À l'origine, le terme désignait un bâtiment qui devait attaquer au moyen de torpilles, tout en défendant à l'aide d'une artillerie de moyen calibre une escadre ou un convoi attaqué par des bâtiments du même type.

Face à l’efficacité des torpilleurs, il fallait inventer un navire pour les contrer en faisant écran devant les gros bâtiments de guerre d’où les différents noms qui furent allouer aux destroyers : le torpedo catcher (littéralement « attrapeur de torpilleurs ») puis le torpedo boat destroyer (« destructeur de torpilleur »), abrégé en « destroyer ».

Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18
Accès - Contact

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.
Port du masque obligatoire à partir de 6 ans
Conditions sanitaires en vigueur (mai 2021)

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs