Espionnes, militantes et militaires : au front ou à l'arrière, les femmes qui se battent

Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption - Port du masque obligatoire

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

Fermetures annuelles du 23/08/21 au 05/09/21 inclus

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

Espionnes, militantes et militaires

Taisez-vous ! Albert Guillaume 1915

« les combattantes de l’ombre »

D’un côté des femmes de la haute société utilisent leurs relations et leurs voyages fréquents pour collecter et faire passer des messages. C’est un espionnage mondain qui a souvent le soutien d’officiers haut placés comme Mistinguett en lien avec le général Gamelin. De l’autre, des réseaux de femmes sur le terrain, particulièrement dans les territoires occupés, dont le travail se rapproche de celui des agents de renseignement. Elles collectent bruits et échos et divulguent de faux renseignements, dans une guerre de l’information née de l’enlisement du conflit.

Certaines femmes s’organisent pour renseigner les alliés sur la situation des troupes allemandes comme Louise de Bettignies. D’autres profitent de leur profession pour organiser des filières d’évasion, à l’instar d’Edith Cavell. Elles subissent souvent la traque allemande, mais persistent dans leurs actions jusqu’à donner leur vie. 

Les motivations des engagées sont variées : mort d’un proche, sens patriotique, haine de l’ennemi ou plus prosaïquement espoir d’un salaire ou autorisation pour les prostituées de poursuivre leur activité. Dans tous les cas, l’engagement n’est pas sans risque et nombreuses sont celles qui le paient de leur vie.

Rassemblement pacifiste sur un bateau avec Jane Addams et Mme Lawrence

Les militantes

Certaines femmes décident de mener un combat pour la paix. Malgré le surnom de « défaitistes », elles sont 1136 de douze pays à se réunir en mai 1915 à La Haye pour réfléchir à une solution pacifique du conflit, réflexions qui inspireront le Président Wilson pour le traité de paix. 

Syndicalisme et pacifisme se rejoignent dans une volonté d’en terminer avec la guerre.
Ainsi le 23 mai 1918, à Saint-Chamond, des femmes se couchent sur des rails pour arrêter les trains qui acheminent les jeunes soldats mobilisés. Mais l’ampleur du sacrifice humain pousse une partie de la population à ne pas courber le front avant la victoire finale, reléguant les revendications au second plan.

Les soldates anglaises à l'exercice, illustration issue du Petit Journal - Eugène Damblans

Les femmes sur le front

Au même titre que les hommes, certaines femmes n’hésitent pas à se travestir pour combattre. Dorothy Lawrence sert ainsi dans la Somme avant d’être découverte, arrêtée et renvoyée au Royaume-Uni. Les pays de l’Europe de l’Est semblent mieux accepter l’idée. Maria Botchkareva obtient une autorisation du tsar pour rejoindre le bataillon de réservistes de Tomsk et lorsque le supérieur de Milunka Savic découvre sa véritable identité, il décide de la garder en raison de sa bravoure et de ses faits d’armes. En Serbie, les femmes jouent un rôle important dans la défense armée et leur image de bravoure est récupérée par la propagande.

Par ailleurs, des unités féminines apparaissaient. Les quatre bataillons russes dont celui de Botchkareva, sont les seuls créés pour combattre. En Angleterre, le Women Army’s Auxilliary Corps envoie en France des cuisinières et des secrétaires. Aux Etats-Unis, des femmes intègrent les réservistes de la marine et même si elles restent cantonnées à des missions en retrait (secrétariat, communications, mécanique), elles bénéficient du même traitement que les hommes (même salaire et statut de vétéran).

Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18
Accès - Contact

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.
Port du masque obligatoire à partir de 6 ans
Conditions sanitaires en vigueur (mai 2021)

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs