Obus de la Guerre 14 - 18 | Musée de la Grande Guerre

Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption 

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

Fermetures annuelles du 6 au 10 janvier 2020 et du 18 au 31 août 2020

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

Obus de la Guerre Première Guerre mondiale

Ecoutez la description de l'éclat d'obus

Cet éclat d'obus illustre la guerre industrielle, cette guerre moderne, cette guerre de fer et non de muscles, pour reprendre l'expression de Pierre Drieu La Rochelle, dans son roman La Comédie de Charleroi, publié en 1934. 

Produits en grand nombre - la France à elle seule en fabrique plus de 300 millions pendant le conflit - les obus sont responsables de 80 % des pertes militaires de la Grande Guerre, toutes nationalités confondues.

Vue d'un obus qui eclate

On perçoit aisément les conséquences dévastatrices de ces éclats sur les combattants. Projetés à très grande vitesse et portés à l'incandescence par l'explosion, ils causent des dégâts considérables sur les corps et sont le plus souvent mortels. Ils n'épargnent également pas la nature, dévastant là des forêts, ici des champs. 

Ces orages d'acier qui s'abattent sur les fronts changent radicalement et durablement la manière de combattre. Ils contraignent les hommes à se protéger du feu en se couchant à terre. La position verticale, autrefois valorisée, cède peu à peu la place à la position horizontale. Comme le note l'histoirien Stéphane Audoin-Rouzeau, le soldat, recroquevillé sur lui-même, s'écrase contre la terre au moment du danger, au point de ne pouvoir s'empêcher parfois de s'enfouir le corps et le visage dans le sol. 

Il faut également imaginer les sensations olfactives et auditives associées à ces déluges d'obus : odeurs, chaleur, fracas, vibrations qui marquent les hommes et les traumatisent.

Pendant le conflit, certains de ces éclats sont travaillés par des soldats qui les recyclent, même s'il est plus facile de travailler sur les douilles dont le métal est plus souple. 

Au lendemain de la guerre, des fragments d'obus se retrouvent un peu partout dans les zones de combats. Certains s'imposent même comme des symboles des horreurs de la guerre, comme les schrapnell, obus fusant qui libéraient en vol de petites billes métalliques. 

Eclat d'obus

Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18
Accès - Contact

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs