Les objets exposés - prêts et collection du musée de la Grande Guerre

Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption 

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

Fermetures annuelles du 6 au 10 janvier 2020 et du 18 au 31 août 2020

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

Les objets exposés

De nombreux partenaires institutionnels et privés prêtent des pièces au musée pour cette exposition.

À ce jour, l’on peut citer : le musée de l’Armée, les Archives du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, La Contemporaine, la bibliothèque municipale de Versailles, le mémorial de Verdun ou encore le musée mémorial du Wagon de l’Armistice.

Les expositions temporaires sont aussi l’occasion pour le Musée de la Grande Guerre de présenter des pièces de sa collection issues des 65 000 que celle-ci dénombre aujourd’hui.

Près de 130 pièces seront présentées au coeur des 300 m2 de l’exposition, parmi lesquelles certaines emblématiques telles que :

L'encrier et les porte-plumes offerts à Georges Clemenceau

Utilisés pour la signature du Traité de Versailles, réalisés par le joaillier Vever (Coll. Bibliothèque municipale de la ville de Versailles)

Les exemplaires des instruments de ratification du Traité de Versailles

Signés par le Japon et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes (Coll. Archives du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères)

Vareuse du maréchal Ferdinand Foch
© Paris - Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais

La Vareuse du Maréchal Ferdinand Foch

Comme la plupart des officiers durant la Grande Guerre, Foch a adopté le port de l’élégante vareuse dite « vareuse nouvelle » inspirée du modèle des officiers britanniques.

De teinte bleu ardoise, elle comporte sur les manches les sept étoiles en argent de maréchal de France, dignité à laquelle Foch a été élevé en août 1918, ainsi que sa plaque de Grand Officier de l’Ordre de la Légion d’Honneur.

Raoul Dufy
Esquisse pour un drapeau, Raoul Dufy gouache France, ca 1919-1920
Musée de la Grande Guerre, Meaux (don Loudmer)

Esquisse pour un drapeau - Raoul Dufy [1877-1953]

Suite à sa rencontre en 1909 avec le couturier Paul Poiret, Raoul Dufy est initié aux principes du décor textile. Repéré par Charles Bianchini, Raoul Dufy signe en 1912 un contrat d’exclusivité de trois ans avec la maison Bianchini-Férier. Mobilisé en 1915, il continue de dessiner et propose de nombreuses oeuvres à l’iconographie patriotique. Les motifs créés par Dufy étaient exécutés à la gouache avant d’être transformés en rouleaux d’impression ou en bandes perforées pour les métiers Jacquard.

L’oeuvre représente un coq sur fond de drapeau français entouré d’une couronne formée, d’un côté, de feuilles de chêne et de l’autre, de feuilles de laurier. Le coq est figuré triomphant, symbole de la Victoire de la France et des Alliés en 1918. Sur la bordure de l’oeuvre sont ainsi présents les drapeaux de plusieurs vainqueurs de la Grande Guerre : France, États-Unis, Royaume-Uni, Japon, Belgique, Italie, Roumanie, Russie, Serbie, Grèce, Pologne, Chine et Brésil.
La Grande Guerre a été une période au cours de laquelle la référence au coq gaulois en tant que symbole national français est particulièrement forte et l’animal est omniprésent sur des scènes de propagande qui affirment la force du sentiment patriotique.

Matériels et outils du cartographe
Photo : Yannick Marques

Matériels et outils du cartographe

Inclinomètre, compas, boussole, carte d’état-major…

Le travail d’expertise de la Conférence de la paix est considérable, même s’il prend surtout en compte les intérêts des Alliés. Pour la première fois dans une grande conférence internationale, les experts, géographes, juristes, historiens, économistes sont largement consultés. Des commissions fonctionnent pour le tracé des différentes frontières, pour la navigation sur le Rhin et sur bien d’autres sujets techniques.

Clairon commémoratif France, 1926
©Yannick Marques

Clairon commémoratif - France, 1926

Prêt du Conseil Départemental de L’Aisne

Le caporal Pierre Sellier sonne le cessez-le-feu le 7 novembre 1918. La presse s’empare de son nom et renomme Pierre Sellier « le clairon de l’armistice » tandis que celui-ci multiplie les prestations commémoratives et mémorielles. En 1926, il fait don de son clairon au musée de l’Armée et se voit offrir celui-ci en remplacement par la maison Couesnon.

Huile sur toile "A peace Conference at the Quai d'Orsay" de William Orpen, prêt de l'Impérial War Museum de Londres.

 

Outils de ratification lors du Traité de Versailles

Les prêteurs de l'exposition 

Les prêteurs institutionnels

  • Archives du ministère des Affaires de l’Europe et des Affaires étrangères, La Courneuve
  • Bibliothèque municipale de Versailles
  • Conseil Départemental de l’Aisne
  • Établissement de Communication et de Production Audiovisuel de la Défense (ECPAD)
  • Imperial War Museum, Londres
  • La Contemporaine, Nanterre
  • Médiathèque de Saint-Denis
  • Mémorial de Verdun
  • Musée de l’Armée, Paris
  • Mémorial de l’Armistice, Compiègne
  • War Heritage Institute, Bruxelles

Les prêteurs privés

Yves Chazottes, Tatiana El Nemer, Charles Hérissey, Pierre Laperche, Dominique Maunoury, Gabriel Badea-Päun.

Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18
Accès - Contact

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.
Fermetures annuelles du 6 au 10 janvier 2020 et du 18 au 31 août 2020

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs