Comment venir

Adresse du Musée

Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux 

Tél. : 01 60 32 14 18

Les accès en voiture et transports en commun

Horaires

9h30 à 18h sans interruption 

Fermeture les mardis et jours fériés : 1er janvier, le 1er mai, le 25 décembre

Fermeture annuelle du 8 au 19 janvier 2018

Attention : clôture des caisses une demi-heure avant la fermeture du Musée

Tarifs

Pleins tarifs : 10€ 

Tarifs réduits entre 5€ et 9€ (sur présentation de justificatifs)

Tous les tarifs

Scénographie et médiation

Les installations de médiation prennent place de façon tangible dans l’exposition. Elles sont imaginées pour un public familial, à partir de 8 ans. Rythmant les principaux espaces, elles valorisent les archives et les concepts par le biais de manipulations. 

Les choix de médiation s’articulent autour des principes suivants :

  • provoquer la curiosité,
  • susciter les questionnements,
  • favoriser le dialogue.

La médiation participative s’étend au-delà de l’accueil des visiteurs puisqu’elle a été intégrée dès la conception scénographique de l’exposition.

Trois partenaires éducatifs (classes de CM1-CM2, des collégiens et de jeunes adultes en réinsertion) ont rejoint la préparation de l’exposition. Leurs différents travaux sont valorisés au sein de l’exposition.

 

Le livret découverte

Un guide de visite, imaginé par des jeunes volontaires de l’EPIDE (Etablissement Pour l’Insertion Dans l’Emploi) de Montry, est proposé aux jeunes visiteurs (12-15 ans).

Ce guide invite le public et les élèves à s’attarder sur une sélection de 7 objets tout au long de l’exposition. Un petit jeu de questions à choix multiples nécessite de s’arrêter sur l’objet, de l’observer et de lire les informations l’accompagnant.

Fruit d’un partenariat mené sur 5 séances de travail, les jeunes ont découvert le projet de l’exposition et les différentes étapes de construction de celle-ci. Au fil des séances, ils ont sélectionné des objets pour chacun des espaces. Puis, à partir des informations fournies par le musée, le groupe a rédigé les textes du livret et imaginé sa mise en page.

Ce livret découverte est disponible à l’entrée de l’exposition et peut-être utilisé par les enseignants du second degré pour parcourir l’exposition avec leur classe.

 

Immersion sonore : les objets qui parlent

SonLe son est employé dans l’exposition comme un outil scénographique participant la mise en ambiance des collections.

Trois pièces ont notamment été choisies pour interpeller le public. Deux comédiens prêtent leurs voix pour incarner ces objets, témoins des familles en 1914 – 1918. Leurs récits, fictifs, s’appuient sur les données historiques, conférant ainsi humanité et intimité à l’exposition.

Les « voix » de ces « objets qui parlent » sont diffusées à travers un casque. Cette consultation individuelle renforce la proximité entre l’objet et le visiteur.

 

Immersion sonore : les lectures de lettres

Tout au long du parcours de visite, près de 20 extraits de lettres sont diffusés en continu dans trois espaces : les séparations, la correspondance et les deuils.

Les extraits sont issus de correspondances échangées tout au long de la guerre par des femmes, des maris, des pères, des frères, des fils, des filles... Français, Anglais et Allemands.

Ces lectures ont été enregistrées dans le cadre du partenariat avec l’Association des Donneurs de Voix – Bibliothèque Sonore de Meaux (ADVBS 77) qui a mis à disposition ses bénévoles et son assistance technique.

 

Les manipes

Les manipes sont des installations favorisant la découverte d’un thème ou d’un objet par la manipulation. Imaginé par l’équipe de médiation du musée, ce mobilier réalisé pour l’exposition alterne objets à toucher, à déplacer ou encore à comparer.

Installées à côté des objets ou espaces en lien, les manipes se reconnaissent notamment par leur pictogramme « Maison ».

 

Le jeton de mariage

Cette reproduction en grande dimension d’une médaille attire l’attention des visiteurs sur cet objet symbole des coutumes liées au mariage au début du 20e siècle. Il facilite également la lecture des inscriptions gravées sur l’original.

Cet agrandissement pivote afin de permettre une exploration visuelle et tactile des deux faces de ce jeton de mariage.

 

Le planisphère

PlanisfèreDès les premiers espaces de l’exposition, un planisphère intègre la scénographie et présente, du point de vue historique ou sociologique, les familles de 1914.

Un mur de près de 4 mètres, ouvrant sur le monde par le biais de petits volets, est le résultat du partenariat mené avec deux classes de 3e du collège Henri IV de Meaux. Pendant plusieurs mois 25 élèves volontaires et leurs enseignants ont travaillé en groupe pour sélectionner et apporter des informations sur la vie des familles dans le monde au moment de la mobilisation.

Au fil des séances, le travail s’est organisé comme suit :

  • A partir d’un corpus de cartes postales proposé par le musée, chaque groupe a présenté son choix de visuels devant la classe puis voté pour la sélection à faire paraître sur le planisphère.
  • A l’aide de fiches d’informations, chacun a sélectionné les éléments à faire paraître, puis proposé les textes d’accompagnements.
  • Les textes ont ensuite été relus et corrigés par l’équipe du musée.

 

Colis ou paquet ?

Colis paquetCette installation permet, par la manipulation, de comprendre la différence entre un coli et un paquet postal en 14-18. Celle-ci tient autant à l’impact du poids de l’envoi qu’au prestataire l’acheminant.

En sélectionnant les produits à expédier à un soldat, les visiteurs s’interrogent sur ce qu’ils souhaiteraient lui transmettre tout en découvrant, de façon ludique, la logistique mise en place pour assurer le lien entre les civils et les militaires. Une balance met en évidence les limites liées à cet envoi. Si celui-ci dépasse 1 kg, il s’agit alors d’un colis devant être acheminé en train par un service privé. Le train étant parfois réquisitionné pour le transport des troupes, les colis restent alors sur le quai de la gare, parfois pendant plusieurs semaines. De nombreux témoignages racontent alors l’odeur s’échappant des sacs, les vivres qui pourrissent et l’arrivée des rats.

Dans leurs courriers, l’envoi des produits suivants est souvent évoqué : chocolat, argent, viande, tabac, anti poux, montre, vêtements, etc. La demande soulignait souvent le besoin de recevoir des produits rappelant le foyer ou la région.

Les produits à sélectionner par les visiteurs s’appuient sur ces demandes récurrentes.

 

Je t’écris de...

Impossible d’évoquer la séparation des familles pendant la Première Guerre mondiale sans présenter la correspondance.

Accompagnant le caractère humain et intimiste de l’exposition, une installation propose de prendre un temps pour penser aux proches. Un bureau, des stylos et des cartes postales invitent le public à prendre le temps d’écrire quelques lignes. Ces cartes postales peuvent être emportées par le public ou postées : il faut alors prendre un timbre en boutique et glisser la carte dans la boîte à lettres exposée à côté du bureau.

 

Le deuil

Médiation - deuilCette installation invite les visiteurs à découvrir comment le deuil, en 14-18, est soumis à un ensemble de codes vestimentaires et sociaux. Les tenues marginalisent la femme et son corps au sein de la société.

Grâce à des reproductions de robes de deuil de 30 cm, inspirées des magazines de mode durant la Grande Guerre, les visiteurs peuvent observer, toucher et s’interroger sur ces robes et leurs codes. Ces reproductions permettent d’évoquer, avec pudeur, la manière dont les civils font face à la mort d’un soldat.

Le jeu d’observation invite à replacer les cartels devant les bonnes tenues et la vérification de ces placements permet d’en apprendre plus sur les trois grandes phases du deuil que sont le grand deuil, le deuil et le demi-deuil.

 

Arbre généalogique

Arbre généalogiqueReliant le temps de la guerre à celui de 2018, cet arbre généalogique est à la fois un élément de médiation et de scénographie. Une classe de CM1-CM2 du Plessy-L’Evêque (77) a travaillé sur l’arbre généalogique de l’un des élèves, Léo. Les textes présentant les membres de la famille ont été réalisés en classe. Ce travail est récompensé par le prix de l'éducation citoyenne (remis par l’Association Nationale des Membres de l’Ordre National du Mérite, section de Seine-et-Marne).

L’arbre généalogique étant un symbole fort des liens familiaux, il permet d’expliquer de façon claire l’impact de la guerre sur une famille de 14-18 et sa descendance. Bien plus qu’un ensemble de noms et de dates, c’est la mémoire familiale qui est ici questionnée. Quelles informations se sont transmises de générations en génération ? Quelles branches de l’arbre sont brisées ? Quels prénoms apparaissent régulièrement ?

Cet arbre, de grande dimension, est utilisé comme point d’appui pour des ateliers pédagogiques.

Le Photocall

A l’instar des familles de 14-18, l’exposition invite les visiteurs à figer un fragment de temps en prenant une photographie.

Installé à la fin du parcours, ce « studio photo » est l’occasion de faire, seul ou en groupe, une photographie, souvenir de la visite. Elle est envoyée par mail aux visiteurs.

Adresse et contact

Rue Lazare Ponticelli,
77100 Meaux
Lat : 48.971432  Long : 2.904724
Tél. : 01 60 32 14 18

Horaires

09h30 à 18h00 sans interruption 
Fermeture les mardis,le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.
Fermeture annuelle du 7 au 25 janvier 2019

Tarifs

Plein tarif : 10 €
Tarif réduit : de 5 à 7 €
(sur présentation de justificatif)
Tous les tarifs